le COVID-19 et la fermeture des établissements

Nous l’avons toutes et tous entendus. Nous sommes confrontés à une situation exceptionnelle : crèches, écoles, collèges, lycées et universités sont fermés jusqu’à nouvel ordre sur tout le territoire à partir de lundi 16 mars 2020.

Une situation complexe et justifiée au regard de la prévention, de la solidarité et de la protection des personnes les plus fragiles de notre société. Une situation toujours très évolutive et qui amène autant de questions et d’ajustements tant des institutions que de l’ensemble des acteurs qui composent la société. Pour le sujet qui nous concerne, nous serons attentifs :

– A court terme, à la mise en place de la continuité éducative, de l’information des élèves et des parents,

– A moyen terme, au suivi des apprentissages et aux questions inhérentes à l’évaluation comme sur la tenue des instances,

– A l’horizon des échéances des examens de fin d’année comme le brevet et surtout le baccalauréat, nous demandons d’ores et déjà la bienveillance dans les notations et dans les commissions d’harmonisation. Mais se poseront peut-être également les questions de passation des épreuves et des validations des PFMP dans la voie professionnelle.

Depuis le début de cette crise sanitaire, nous avons des échanges fréquents avec le Ministre et ses équipes et nous aurons encore en rendez-vous ce soir pour faire un point et poser nos sujets d’inquiétudes : modalités d’organisation immédiate ou futures afin de garantir l’égalité des droits à la réussite des élèves, remboursement des voyages scolaires, explications plus pédagogiques sur le Covid-19 auprès des familles (transmission, symptômes…).

Nous sommes en lien avec le ministère. Il est essentiel que les établissements mettent en place un dialogue étroit avec les parents élus en premier lieu mais surtout qu’ils s’assurent que tous les parents et tous les élèves dans le second degré disposent de leurs codes d’ENT comme de leurs futurs codes pour « ma classe à la maison ».

Aujourd’hui, il faut prendre en compte le fait que certains élèves n’auront pas de matériel informatique pour accéder aux ENT. De plus, les situations sociales comme familiales étant toutes différentes, il faudra communiquer précisément sur les aménagements prévus pour pallier ces difficultés. Des aménagements seront également à prévoir pour toutes les zones blanches de connexion numérique.

Il est nécessaire de mieux expliciter également quel sera le travail qui pourra être fait avec les élèves. Les parents ne sont pas les enseignants de leurs enfants. Il faudra bien préciser aux élèves les devoirs qui seront notés et ceux qui ne le seront pas.

Il s’agit aussi de se poser la question des parents qui ne pourront pas garder les enfants, car même si les familles ne sont pas confinées, certaines ne pourront pas mettre en place de chaîne de solidarité localement.

L’expérience du Haut-Rhin a permis de mettre en œuvre ce temps intermédiaire (ce vendredi qui est encore un jour scolaire) pour l’organisation des équipes éducatives (transmission des informations aux élèves, échanges sur les principes avec répartition de matériel, organisation pédagogique…). Les rectorats travaillent avec les collectivités territoriales pour outiller au mieux et au plus vite les élèves en matériel informatique. Les rectorats ont également demandé un document officiel au Ministère qui facilitera les discussions avec les assureurs sur les annulations et les remboursements de voyages scolaires. Le premier degré se saisit de « ma classe à la maison ». La rectrice a observé que au-delà de 15 jours, ce sont l’ensemble des enseignants qui devront se saisir des classes virtuelles pour aborder les nouvelles notions. La rectrice a rappelé que si les écoles sont fermées, les familles ne sont pas confinées si elles ne sont pas malades et qu’ainsi l’entraide et le travail coopératif entre élèves est possible. La FCPE a rappelé qu’il n’est pas envisageable non plus de penser que les élèves pourraient passer plusieurs heures d’affilée par jour devant l’écran pour travailler, cas qui a été observé dans certains établissements et écoles au regard de la somme de devoirs donnés.

Nous, militants, avons un rôle à jouer encore dans cette crise dans l’organisation de la solidarité et de la coopération. Il est essentiel que nous nous tenions collégialement informés.

Mobilisés pour nos enfants

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.